• Alzheimer: de la musique pour se souvenir

    Dans un impressionnant film-documentaire diffusé sur Arté début 2018, Toute la musique que j'ai aimée des patients atteints de démences se souviennent grâce à la musique. L'idée est basée sur le programme de musicothérapie américain " Music and Memory " initié par des chercheurs, des neurologues et des musiciens.

    Le Music and Mémory part du principe que la musique est indissociable des émotions. Bien plus qu'une simple stimulation, elle toucherait toutes les parties du cerveau. Les chansons permettent également de "réveiller" d'un état léthargique puisqu'elles engendrent la production de dopamine.

    Des chercheurs de la Brown University School of Public Health, ont étudié l'efficacité de cette thérapie. Selon eux, elle permet d'éviter les effets secondaires de la médication. Sur un panel de 12.958 résidents de maisons de retraites atteints de démence, ils étaient 20,1% à avoir arreté un traitement antipsychotique après avoir commencé une musicothérapie.

    La France aussi s'est penchée sur cette question de thérapie musicale. L'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) a créé une mini série intitulé " les allegros d'Alzheimer " dédiée à la question. On y découvre des ateliers de chants et de mémorisation de mélodie qui non seulement éveillent le patient mais lui donnent aussi la capacité d'apprendre à nouveau. Une découverte importante puisque l'on pensait qu'à un certain stade de la maladie cette capacité d'apprentissage était totalement perdue.

    Des analyses de neuro-imagerie expliquent la possibilité de mémoriser des mélodies contrairement à de simples textes par une stimulation particulière de l'hippocampe : la partie du cerveau responsble de la mémoire et de l'attention. C'est cette zone qui est touchée par Alzheimer.

    Cependant, la musicothérapie ne va pas soigner un Alzheimer. La thérapie ne peut "réanimer" les neurones ne fonctionnant plus. Elle peut stimuler ceux qui sont encore intacts et réorganiser leurs structures. Le mécanisme de la plasticité cérébrale, qui créer de nouvelles connexions neuronales, est rendu possible. Des régions détruites par la maladie peuvent être compensées par d'autres. A défaut de guérir, la musique permet tout de même d'améliorer la qualité de vie.

                                                                  Anastasia Wolfstirn (2 juillet 2018)

        


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :