• Dans un impressionnant film-documentaire diffusé sur Arté début 2018, Toute la musique que j'ai aimée des patients atteints de démences se souviennent grâce à la musique. L'idée est basée sur le programme de musicothérapie américain " Music and Memory " initié par des chercheurs, des neurologues et des musiciens.

    Le Music and Mémory part du principe que la musique est indissociable des émotions. Bien plus qu'une simple stimulation, elle toucherait toutes les parties du cerveau. Les chansons permettent également de "réveiller" d'un état léthargique puisqu'elles engendrent la production de dopamine.

    Des chercheurs de la Brown University School of Public Health, ont étudié l'efficacité de cette thérapie. Selon eux, elle permet d'éviter les effets secondaires de la médication. Sur un panel de 12.958 résidents de maisons de retraites atteints de démence, ils étaient 20,1% à avoir arreté un traitement antipsychotique après avoir commencé une musicothérapie.

    La France aussi s'est penchée sur cette question de thérapie musicale. L'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) a créé une mini série intitulé " les allegros d'Alzheimer " dédiée à la question. On y découvre des ateliers de chants et de mémorisation de mélodie qui non seulement éveillent le patient mais lui donnent aussi la capacité d'apprendre à nouveau. Une découverte importante puisque l'on pensait qu'à un certain stade de la maladie cette capacité d'apprentissage était totalement perdue.

    Des analyses de neuro-imagerie expliquent la possibilité de mémoriser des mélodies contrairement à de simples textes par une stimulation particulière de l'hippocampe : la partie du cerveau responsble de la mémoire et de l'attention. C'est cette zone qui est touchée par Alzheimer.

    Cependant, la musicothérapie ne va pas soigner un Alzheimer. La thérapie ne peut "réanimer" les neurones ne fonctionnant plus. Elle peut stimuler ceux qui sont encore intacts et réorganiser leurs structures. Le mécanisme de la plasticité cérébrale, qui créer de nouvelles connexions neuronales, est rendu possible. Des régions détruites par la maladie peuvent être compensées par d'autres. A défaut de guérir, la musique permet tout de même d'améliorer la qualité de vie.

                                                                  Anastasia Wolfstirn (2 juillet 2018)

        


    votre commentaire
  • Les 7 stades de la maladie d'Alzheimer

     

    Il est vrai que le rythme et la manière de dégradation des facultés cognitives diffèrent d'une personne à l'autre et que chaque cas est spécifique.

    Il est possible néanmoins d'en dégager un schéma de plusieurs étapes de l'évolution de cette maladie.

    • Stade 1 - On ne constate aucun dommage, la mémoire paraît normal, pas de déficit cognitif.
    • Stade 2 - Un très léger déficit cognitif est observé ainsi qu'un déclin de la mémoire, souvent attribué au vieillissement. Les personnes se plaignent de pertes de mémoire, ils oublient par exemple où ils ont posé des objets de la vie courante.
    • Stade 3 - Léger déficit cognitif remarqué, les personnes malades se perdent dans des lieux inconnus, une baisse de performance est observée, par les collègues, dans le milieu professionnel, il devient difficile de trouver ses mots, les personnes ne retiennent que très peu de choses de ce qu'elles lisent, certaines tâches complexes deviennent impossible à réaliser et souvent les personnes se trouvent dans le déni de leur situation. La durée varie de 2 à 7 ans.
    • Stade 4 - Il s'agit du stade qui marque un début d'Alzheimer. Les personnes atteintes présentent des lacunes dans leurs souvenirs et dans la capacité à gérer leurs finances ou à voyager. Les personnes commencent à avoir besoin d'aide pour faire leur courses ou pour conduire. La durée est d'environ de 2 ans.
    • Stade 5 - Début de démence, la maladie d'Alzheimer  est diagnostiquée, le patient a besoin d'une assistance régulière, et ne peut plus se permettre de vivre seul. Les personnes sont désorientées par rapport au temps et aux lieux, elles ne se souviennent plus de leur adresse, numéros de téléphone, du nom de leur petits-enfants, etc...
      La durée est d'environ un an et demi.
    • Stade 6 - Etat de démence avancé. Déficit cognitif sévère. Le patient n'est pas conscient du temps présent, des saisons, de l'année et ne se souvient pas précisément de son passé. Perte progressive de l'autonomie, incapacité à se vêtir et à se laver seul, incontinences, etc... Les personnes malades ne se souviennent plus des prénoms de leurs enfants et conjoints et oublient parfois le leur. Les symptômes peuvent être des comportements délirants, des troubles obsessionnels, une perte de volonté, etc... Cette période s'étale sur une durée d'environ deux ans et demi.
    • Stade 7 - Démence très sévère. La parole se limite au strict minimum pour finir par disparaître complètement, la capacité à se déplacer seul se perd aussi, et l'état de santé s'aggrave petit à petit. Le patient fini généralement par être alité en état de sommeil prolongé, la prise de soin est total. La durée est d'environ deux ans et demi.

    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Manger " Mains "

     

    Le « manger-Mains est un projet d’autonomisation de l’alimentation de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer.

    En effet, à un certain stade de la maladie, le patient perd complètement la notion d’utilisation des ustensiles de cuisine tels que fourchettes, couteaux ou cuillères.

    L’alimentation est un besoin vital et, par conséquent, une condition indispensable à la vie. Il n’en reste pas moins que les repas représentent non seulement une source de plaisir, de convivialité et d’échanges, mais également un moment extrêmement privilégié où l’on s’occupe de son corps et de son esprit.

    Dans l’accompagnement de personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer, le respect et la stimulation de l’autonomie font partie des priorités des équipes soignantes. Cette règle est aussi valable en ce qui concerne l’alimentation, étant donné que les trois repas principaux et le goûter prennent beaucoup de place dans la journée du résidant.

    Ce « manger avec les doigts » a toujours, dans l’esprit des gens, une certaine connotation de saleté, de mauvaise éducation et de régression mentale. De ce fait, il s’agit, pour le projet du « Manger-Mains » de faire en sorte qu’il soit accepté que la personne puisse se servir de ses doigts pour prendre une nourriture adaptée et ce, sans jugement.


    votre commentaire
  • Ne m'oubliez pas

     

    Ne m'oubliez pas quand vous quitterez ma mémoire
    Vous viendrez me parler des couleurs de la vie

    Quand pour moi images et visages sombreront dans le noir
    Vous viendrez me donner l'envie

     

    Ne pleurez pas quand mon regard vide ne répondra pas
    Vous vous souviendrez des moments intimes à garder dans vos coeurs
    Quand pour moi vous serez un inconnu qui m'ouvre ses bras
    Vous pourrez par bonheur ôter mes pleurs et mes peurs

     

    Ne vous éloignez pas quand malgré moi je m'en irai loin de vous 
    Vous saurez guider mes pas, encore rire avec moi 
    Quand pour moi le tu deviendra vous 
    Vous trouverez encore en vous la joie d'être avec moi...

    Amphe


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires