• Dépression et Alzheimer

     

    Depression et alzheimer

    La dépression et la maladie d'Alzheimer sont intimement reliées.
    Est-ce une cause, une conséquence ou une coïncidence ?
    Comment savoir si son proche souffre de dépression ?
    Quels en sont les signes distinctifs ?

    - Une humeur dépressive récurrente
    - Une perte de l'intérêt pour toute activité même les plus habituelles.
    - Une perte ou un gain de poids important relié à une perte d'appétit ou une boulimie inexpliquée.
    - Une insomnie ou une hypersomnie. Lever tôt ou sieste prolongée.
    - Agitation ou ralentissement dans son quotidien.
    - Fatigue fréquente
    - Une diminution de la capacité à ce concentrer, une difficulté de faire des choix, de prendre une décision.
    - Penser à la mort ou au suicide

    Si l'on rencontre quelques-uns de ces critères, nous pouvons surveiller notre proche et consulter un médecin.

    Notons au passage que la dépression chez la personne âgée est fréquente et peut amener à des troubles cognitifs et à une importante perte d'autonomie.

    Depression et alzheimer

    Dans la moitié des cas, la maladie d'Alzheimer commence par une période de dépression. En effet une personne dépressive peut perdre le gout de faire travailler sa mémoire, elle peut également se décourager ne plus suivre son traitement. Son humeur en sera changé suite à une prise de conscience de sa perte d'autonomie, de sa maladie et de la crainte de l'avenir.

    Accepter le diagnostic de la maladie d'Alzheimer n'est pas une chose facile.
    Il s'agit de se confronter à des pensées douloureuses.
    Un accompagnement du patient est très important car celui-ci hésitera à consulter, suite à un manque de motivation, un sentiment de dévalorisation, de faiblesse ou de laisser aller dans une maladie dans laquelle il attendra une fin inéluctable.  

    Depression et alzheimer

    Nous devons l'aider en le stimulant, l'encourager, éviter les conflits inutiles.
    Ne pas hésitez à faire appel à des associations, à des professionnel qui peuvent vous aider.

    Même si la personne est peu communicative, il faut continuer à lui parler.
    Le courage de parler peut leur manquer mais ils peuvent écouter. Cela les maintiens dans le réel et peut les aider à se sentir entouré.

    La dépression n'est pas une fatalité. Ne restons pas sans rien faire à ce qui représente un risque majeur de perte d'autonomie et de décès.
    Agissons...

     

      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :