• 2. Les quatre mécanismes de la communication

     

     

    Les quatre mécanismes de la communication

    I.   On ne peut pas ne pas communiquer

      

    Tout dans le comportement a valeur de message. Il est impossible d'avoir
    un " non comportement ". La communication est donc permanente. Nous ne pouvons pas nous empêcher d'exprimer quelque chose avec les expressions de notre visage ou nos mouvements, infimes soient-ils.
    Nous communiquons, même à notre insu. Tout comportement nous influence.
    Nous y réagissons. Nous communiquons. D'où l'importance de décrypter
    cette "messagerie comportementale ".

      

    II.   Toute relation est interaction

     

     2.  Les quatre mécanismes de la communication

      

     

    La relation entre les deux partenaires se doit d'être complémentaire.
    Le comportement de l'un complète le comportement de l'autre.
    La personne qui occupe la position haute détermine la manière de la
    relation ( amicale, d'aide, d'autorité,... ) et le partenaire a le choix de s'y adapter, d'y résister ou de la refuser. Lorsque la personne s'adapte à la relation ( qui n'est pas imposée ), on parle de relation complémentaire.

     

    III.   Toutes communication s'étabit simultanément à deux niveau :
    le contenu et le relation

     

     2.  Les quatre mécanismes de la communication

      

    Le contenu, c'est ce qui est dit dans le message.
    La relation indique comment on doit comprendre le message.
    Soit cette relation est contenue dans le message ( ex : " je ne suis pas content. " ) soit elle est exprimée par le langage non verbal.
    C'est pourquoi le langage non verbale est si important.

     

    IV.   Toute communication est à la fois verbale et non verbale

     

     

      Les quatre mécanismes de la communication

    1La communication verbale

     

    Les bases d'une communication efficace impliquent de ne jamais parler sur l'autre, ni à la place de l'autre.
    Pourtant, face à des personnes diminuées psychiquement, la tentation est grande de parler, de décider pour elles.

     

    2.  Conseils pour tenir une conversation avec un malade

     

    Il est important de commencer une conversation en s'identifiant et en appelant la personne par son nom. Il nous faut employer des mots familers et des phrases courtes et simples. Veillez à parler lentement, distinctement, sans crier, avec un ton de voix modulé. Poser une question à la fois et attendre la réponse. Si nécessaire, répétez avec les mêmes mots.

     

    Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste
                                                         ( Shakespeare, Le songe d'une nuit d'été )

     

    3.  La communication non verbale

     2.  Les quatre mécanismes de la communication

     

    Tout comportement est un message.
    Le dément sénile malade ne comprend pas ce qui se passe.
    Il ne gémit que rarement, ne se plaint pas. Que son nez coule, que sa gorge soit douloureuse, il n'appelle pas et se laisse généralement soigner.

    Il est très instructif d'observer les attitudes corporelles, elle peuvent trahir une maladie, une angoisse, une joie.

    A l'inverse, le patient sera plus attiré par une personne souriante, à l'aise dans son corps " bien dans sa peau " selon l'expression habituelle. 

    La communication non verbale utilise trois supports :

     

    2.  Les quatre mécanismes de la communication

     

    a)  Le corps : gestes, postures,...
    b)  Les artifices liés au corps : vêtements, maquillages, tatouages...
    c)  La dispersion dans l'espace : rapport de distance, espace territorial...

    ... et apporte trois types d'informations :

    a)  Sur l'état affectif et émotionnel de l'émetteur
    b) Sur son identité
    c) Sur son milieu extérieur

     

    Il est souvent difficile de controler ses communications non verbales, de régler ou de choisir certains gestes, qui inconsciemment échappent à tout contrôle.
    La face est la zone du corps la mieux controlée.

    Les communications verbales et non verbales se complètent.

    Ex : - Expression triste d'un visage annonçant une mauvaise nouvelle.

    - Intonation de la voix lors d'une admonestation.

    - Respect de l'uniforme.

    Le langage est notre corps et notre air, notre monde et notre pensée, notre perception et notre conscient même.

                                                                     ( Philippe Sollers, Logistiques )  

       


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :